Sans titre 2

 

Titre anglais : City of Bones (mars 2007)

 

Titre français : La coupe mortelle (novembre 2008, réédition avec une toute nouvelle couverture le 5 janvier 2012)

 

Auteur : Cassandra Clare

 

Maison d'édition : Pocket Jeunesse

 

 

Résumé : Clary n'en croit pas ses yeux. Elle vient de voir le plus beau garçon de la soirée commettre un meurtre. Et détail terrifiant : le corps de la victime a disparu d'un seul coup ! Mais le pire reste à venir. Sa mère a été kidnappée par d'étranges créatures et l'appartement complètement dévasté. Sans le savoir, Clary a pénétré dans une guerre invisible entre d'antiques forces démoniaques et la société secrète des chasseurs d'ombres. Une guerre dans laquelle elle a un rôle fatal à jouer.

 

 

Critique : Je me rappelle encore la raison de cet achat. Si Cassandra Clare avait été capable d'écrire une excellente fanfiction sur l'univers d'Harry Potter alors elle méritait que je dépense mon argent pour lire son livre. Et franchement, ça a été un de mes meilleurs achats de l'année. Ce livre est une introduction à l'univers des chasseurs d'ombre : Clary se rend dans une discothèque avec son meilleur ami et rencontre deux garçons et une jeune fille très bizarre. Grâce à cette rencontre, elle se rend ainsi compte que les démons ainsi que les vampires, les loup-garous existent bien. Jace, Alec et Isabelle sont des chasseurs d'ombre dont la mission est de lutter contre les démons et de punir les créatures obscures qui ne respectent pas les lois. L'univers de Clary est totalement bouleversé, notamment par la disparition de sa mère. En lisant ce livre, on plonge dans un univers dense où on retrouve la plupart des créatures magiques que nous connaissons déjà. Toutefois ce livre est un livre qui mérite d'être lu car l'univers créé est un univers à part qui traîte ces créatures magiques d'une toute autre manière. De plus, on s'attache très rapidement aux personnages et à leur problème.

 

 

Note : j'ai donné à ce livre un 5/5 car j'ai tout de suite plongé dans cet univers et j'ai eu du mal à le quitter lorsque j'ai tourné les toutes dernières pages.